• Ce local est une « fédération » de collectifs et d’individu‐e‐s militant‐e‐s réuni‐e‐s autour de valeurs communes libertaires. La mise en place de ce projet a permis de rassembler des personnes engagées venant de tous horizons dans une volonté commune de partager nos expériences de vie, nos expériences de militantisme, de résistance. Nous voulons créer du lien entre ces luttes pour consolider le réseau déjà existant sur Saint‐Étienne.

    • Notre but est également de créer un lieu de rencontre, convivial et dynamique, où se tisse un véritable lien social et solidaire et où se construisent des alternatives émancipatrices au système capitaliste. Ce lieu se veut ouvert sur l’extérieur, implanté dans le quartier et dans la ville.
    • La « Gueule noire » est autogérée, c’est‐à‐dire qu’il est question pour nous d’expérimenter ici un fonctionnement horizontal et non hiérarchique, dans lequel nous serons vigilant‐e‐s à tout rapport de domination. Nos décisions tendent à être, le plus souvent possible, prises collectivement et basées sur l’échange. L’auto‐financement est la forme économique et politique qui a été retenue.

     

    http://www.lagueulenoire.org/


    1 commentaire
  •  

    Freegan - Déchetarien - Glaneur.

    "Freegan
    Nous mangerons vos débris
    Mais nous n'achèterons pas pas votre merde"
     
     
     
     
    Le terme freegan désigne un mode de vie alternatif dont le but est de limiter sa participation dans le système économique ou la société de consommation actuelle.

    Cela consiste par exemple à récupérer des aliments encore consomm
    ables dans les poubelles des magasins de grande distribution et des restaurants, et plus généralement, à moins consommer en récupérant et réutilisant les déchets quand c'est possible, en abandonnant la voiture (à moins de covoiturage) et en adoptant des modes de transport alternatifs, en se logeant sans propriétaire, se soignant par les plantes, en travaillant moins...

    Ce terme est facilement associé à la récupération des déchets parce qu'il pourrait se traduire en français par Déchétarien. C'est un mot-valise formé à partir des termes anglais free (libre/gratuit) et vegan (végétalien). On parle aussi de « glaneur ».




    Freegan - Déchetarien - Glaneur
    Les Glaneuses, Millet, 1857
    .

    Le glanage est un droit d'usage sur la production agricole, existant notamment en France, sous différentes formes depuis le Moyen Âge. Il subsiste encore au XXIe siècle.
    Après la moisson, le ramassage de la paille et des grains tombés au sol est autorisé. Selon les lieux et les époques, seuls les enfants, les vieillards, les handicapés, les sans-emploi peuvent prendre ce qui reste dans les champs, et ce pendant trois jours et après le lever du soleil. Concédé aux plus pauvres, le glanage est parfois fait par des adultes bien-portants, ce qui est alors considéré comme un vol.
    On distingue le glanage, qui concerne ce qui reste sur le sol, du grappillage qui concerne ce qui reste sur les arbres ou les ceps après la cueillette. On glane donc des pommes de terre, des céréales, on grappille les raisins, les pommes, les fruits en général.
    Le freegan, parfois appelé glanage en français, est une pratique moderne héritière de celle-ci.
    [wikipedia]
     
     
     
     
     
    Pour ma part je "freeganne" depuis un moment, sans savoir que ça s'appelait ainsi, j'appelais ça de la "récup". Resto' divers, boulangeries, et même au boulot ;) Des raisons de glaner? Économiques, écologiques et éthiques [recyclage, éviter le gaspillage et consommation plus importante de nourriture, celle encore consommable des poubelles est dispo!]... La quantité de nourriture et autres, objets, vêtements etc. jetée est effroyable... Mais pas perdue pour tous ceux qui savent récupérer!
     
     
     
     
     
     
    ......Sites......


    Freegan.fr
    Très intéressant autant pour découvrir que pour ceux qui pratiquent régulièrement.

    Marché Poubelle
    Un bon blog qui parle freegan

    Freegan Station
    Forum Organisation interne, organisation externe et organisation paterne du mouvement freegan en France.






    ......Où trouver?......


    Y a pas de magie, il faut fouiner pour trouver un bon plan. Mais des bonnes adresses et des astuces peuvent être utiles.
    On peut demander directement au commerçant en fin de journée s'il a des invendus à donner, la politesse peut servir!



    - Boulangeries : baguettes, pizza/sandwich, on peut souvent obtenir des croissants, pains au chocolat et autres gourmandises qui ne sont plus vendables en fin d'après midi, ils sont juste un peu plus secs que les frais, rien de gênant dans mes expériences perso, etc. en général quelques dizaines de minutes après la fermeture.

    - Primeurs Fruits et Légumes : mis au rebut car non présentables, idem

    - Marchés : attendre la fin, les fruits et légumes non vendables à cause de leur forme ou d'une partie abimée sont parfois jetés sur place

    - Snacks et fast-foods : pizza, kebab, sandwich, mc crado et kick
    Chercher aux heures de repas [certains ne finissent pas, voire n'entament pas, on peut aussi trouver des pizzas un peu trop cuites ou des sandwichs invendus après 14h-15h], aliments emballés restés sur un plateau [sucre, sauces...], hélas pour les frites et burgers [qui ne doivent pas trainer dans le self plus de 10 min, règle d'hygiène imposée par les établissements, d'où l'énorme gâchis], les fast food sont souvent équipé d'une broyeuse.

    - Stations-Essence : produits frais emballés, bière, pâtisseries, boissons, date de péremption atteinte ou lendemain...

    - Restaurants : pain, stocks non écoulés

    - Supermarchés divers : date de péremption, emballage percé ou déformé, fruits et légumes abimés... C'est festival! A condition de trouver le bon créneau horaire [selon les grandes surfaces, très tôt le matin, tard le soir, seulement 2 fois par semaine...] Bref, il faut observer, et croiser les doigts pour que ça n'ai pas été broyé et que les bennes ne soient pas ni derrière un enclos cadenassé, ni gardées à l'intérieur.

    - Petites supérettes, épiceries et magasins bio : idem, mais sur coup de chance car moins de stock.


    AIDE : Symboles qu'on peut retrouver sur les bennes, inscrits par des freegan

    Freegan - Déchetarien - Glaneur
     > Open : Ouvert, facile d'accès
     X Closed/Bad : fermé ou sécurité
     + Good : Bon, bien rempli
     (+) Controversial : Controversé, situation trop  complexe pour être expliquée par symboles, demander sur place
     +> Open & good : Ouvert et bon
     x> Open but bad : ouvert mais mauvais plan
     * Closed bur good : fermé mais intéressant
     Tout est réversible
     Les étoiles sont ajoutées pour exprimer le degré [1= un peu, 3= beaucoup...]
     
     
     
     
     

    ......Récolte......

    - Ne rien laisser trainer hors de la benne en partant [sacs, aliments, déchets même tout petit]
    - On peut légalement récupérer ce que l'on veut dans une benne ou poubelle placée sur la voie publique, MAIS il est interdit de fouler une propriété privée! Donc on évite de passer par dessus des portails, grillages etc.
    - Matériel utile:
    une lampe [frontale c'est plus pratique pour pouvoir fouiller]
    un moyen de transport [voiture, camionnette pour les grosses récoltes, vélo pour des plus petites] et sacs [à dos, plastique éventuellement] / cagettes / cartons
    un endroit adéquat pour préparer et garder la récup: il est très fortement conseillé de s'en occuper aussitôt rentré! De l'eau pour laver des aliments et les ustensiles, un moyen de cuisson, un frigo et/ou d'un congélateur pour la conservation.
     
     
     
     
     
    Quelques récoltes généreuses, images trouvées sur internet:

        Freegan - Déchetarien - GlaneurFreegan - Déchetarien - Glaneur




    ......Quelques recommandations......



    /!\ Comestibilité & Conservation des aliments

    Voici les divers critères de comestibilité des aliments :
    * L'aspect
    * L'odeur
    * Le goût (le critère ultime, il suffit de tester le goût avec sa langue sans rien avaler
    * L'emballage (qui, pour les emballages 'imperméables', ne doit être ni percé ni gonflé)

    Les auteurs de ce site, ni aucune association freegan, ne pourrait être tenu responsable d'une pathologie quelconque engendrée par l'absorption d'aliments périmés ou non.

    NE JOUEZ PAS AVEC LA VIE

    N'oubliez pas que la cuisson tue énormément de bactéries. (la chaleur élimine la quasi-totalité des bactéries pathogènes, ainsi que les bactéries qui détériorent l'aliment).
    Vous pouvez même cuisiner vos aliments juste après la récolte afin de les conserver plus facilement.
    Les meilleurs conservateurs 'naturels' sont :
    * Le froid
    * Le sel
    * Le sucre

    L'immunovolution
    [adapter son corps aux bactéries éventuelles]

    Les aliments freegans ne doivent en aucun cas être assimilés par les organismes dont les défenses immunitaires sont faibles : les bébés, les nourrissons, les femmes enceintes, les enfants en bas-âges, les vieillards, les convalescents, les êtres humains fatigués, ...
    Ainsi qu'aux personnes qui ne sont pas pleinement conscientes de l'origine de ces aliments.

    [source: site freegan.fr]


    Ne rien garder dans des sacs plastiques [qui activent la prolifération des moisissures et bactéries] : plutôt dans des bocaux, des boites hermétiques, un tissu pour le pain, des sacs congélation pour le congel...
    On peut laisser les oignons, les épices, l'huile et les boîtes de conserve à température ambiante. Pour tout ce qui est produits laitiers, plats préparés [et pizzas, sandwichs], aliments carnés [viande, charcuterie etc], impérativement au frais, et à consommer rapidement!!




    Freegan - Déchetarien - Glaneur



    ......Questions / réponses......




    "Perso, je me vois pas trop fouiller dans une poubelle pour de la bouffe. C'est peut être un peu nunuche mais faut passer l'obstacle hygiène et social (éducation quoi)." [Feilane]


    Perso je n'ai pas au ce souci car je ne trouve pas les bennes que je fais vraiment sales. Pour le pain c'est même assez clean [pain mit direct dans des sacs poubelle neufs et fermés, et dans des poubelles réservée à ce seul usage]. Pour les légumes en revanche c'est déjà plus effrayant à cause des moisissures et trucs gluants, dégoulinants... il faut alors un peu de persévérance, et se dire qu'après tout, ce n'est un peu de moisissure de fruits qu'on va aller nettoyer dès que possible.
    Quand c'est emballé dans des sacs, tâter à travers le plastique permet de savoir à l'avance ce qu'il contient en gros [objets,aliments emballées, pain, pâte molle, trucs étrange et puant... ^^]


    "Demander a un supermarché truc du genre, ouai sans trop de blème, mais jamais j'ai tester. Toi? T'as des conseils? (heures, personnes à qui demander,etc)"
    Wep, je faisait pas mal les invendus de boulangerie passé un temps, je demandais aux vendeurs/euses et les seules fois où on me les a refusés, c'est parce qu'ils étaient quand même vendus mais moins cher en fin de journée. Il faut demander à la fermeture du magasin.
    Supermarchés ils sont plus réticents, 2 essais, 2 échecs. Mais à retenter!


     
     
     
     


    COMPLÉMENT
    Hors alimentation, j'oubliais de noter qu'on on trouve des trésors [matériel] dans les décharges publiques !!
    A ce jour, collection personnelle de Feilane : une batterie, 2 armoire, matelas, une armoire à cd, un panier pour chat, un tapis. On trouve des écrans plats, des imprimantes, des tours d'ordi, des i phone, des cafetière (électrique et italienne), des four, des lave linge/vaisselle, des frigo, des cuisinières, des tonnes de fringues, vaisselle et j'en passe... A entièrement meublé son chez-elle avec de la recup
    !



     
     
     
     
    Sur ce, bonne pêche!
     
     
     
     
     
    Freegan - Déchetarien - Glaneur


    1 commentaire

  • En dépit de l'intérêt d'un public toujours plus nombreux et d'un accueil pour le moins positif (lucratif ?) du monde de l'art depuis déjà plusieurs années, certains leaders d'opinions du monde du graff s'émeuvent régulièrement du manque de considération du grand public pour leur culture. Les mass médias étant les responsables à leurs yeux de la mauvaise image généralisée du graff et du tag.

    Mais qu'attendez vous des médias, de Michel Denisot ou de Laurent Ruquier ?
    Vous avez montés des structures pour organiser des événements.
    Les galeries vous ont ouverts leurs portes.
    Les publications (magazines, livres, sites web) pullulent.
    Des graffeurs gagnent leur vie de leur art, au même titre que les danseurs ou les chanteurs.
    Votre esthétique s'est déjà infiltrée dans la pop culture.
    La rue reste un terrain de jeu avec ses espaces de transgressions.

    En ouvrant totalement votre univers au grand public vous vendrez votre âme comme l'on fait certains artistes rappeurs (insérer ici le nom de votre choix) en oubliant votre exigence initiale, le cœur de votre culture et un certain esprit de clandestinité.
    Vos codes perdront leurs sens ; assimilés et dégurgités dans des pubs pour du yaourt, des voitures ou alors des cosmétiques. Voyez les effets négatifs de la démocratisation à outrance des sous cultures (rock, sports de glisse, tatouage, pour ne citer qu'eux).
    Vous, puristes, soyez les gardiens de l'authenticité de votre culture, innovez.
    Ne devenez pas vos propres fossoyeurs.

    Qu'avez-vous à espérer dans la désintégration de vos signes et de vos codes dans la culture de masse ?

    Que se passera t'il si un jour le graff ne dérangeait plus personne ?



    yurikane2012 à voir.




    [pour un sale roux gribouilleur.]


    1 commentaire


  • [3 textes dont deux de Kaczinski conseillés par Dak, merci a toi au passage!]


    La Société industrielle et son avenir, essai de Theodore Kaczynski

    La révolution industrielle et ses conséquences ont été un désastre pour la race humaine. Elle a accru la durée de vie dans les pays « avancés », mais a déstabilisé la société, a rendu la vie aliénante, a soumis les êtres humains a des humiliations, a permis l'extension de la souffrance mentale (et de la souffrance physique dans les pays du Tiers-Monde) et a infligé des dommages terribles à la biosphère. Le développement constant de la Technologie ne fera qu'aggraver la situation. Ce qu'auront à subir les hommes et la biosphère sera de pire en pire ; le chaos social et les souffrances mentales s'accroîtront, et il est possible qu'il en aille de même pour les souffrances physiques, y compris dans les pays « avancés ».

    Le système techno-industriel peut survivre ou s'effondrer. S'il survit, il PEUT éventuellement parvenir à assurer un faible niveau de souffrances mentales et physiques, mais seulement après être passé par une longue et douloureuse période d'ajustements, et après avoir réduit les êtres humains et toutes les créatures vivantes à de simples rouages, des produits calibrés de la machine sociale.

    En outre, si le système perdure, les conséquences sont inéluctables : Il n'y a aucun moyen de réformer ou modifier le système de façon à l'empêcher de dépouiller les hommes de leur dignité et de leur autonomie.

    Si le système s'effondre, les conséquences seront dramatiques. Mais plus le système se développera, plus désastreux seront les effets de sa destruction, et donc il vaut mieux qu'il s'effondre au plus vite.

    Par conséquent, nous préconisons une révolution contre le système industriel. Cette révolution peut user de violence ou pas ; elle peut-être brève et radicale ou s'étaler sur plusieurs décades en tant que processus graduel. Nous ne pouvons le prédire. Mais nous pouvons présenter de manière générale les mesures que ceux qui haïssent la société industrielle devront prendre pour s'engager sur le chemin de la révolution contre cette forme de société. Il ne s'agit pas d'une révolution POLITIQUE. Son objectif n'est pas de se débarrasser des gouvernements, mais de la base techno-économique de la société actuelle.

    Dans ce qui va suivre, nous porterons notre attention sur certains aspects négatifs générés par le système techno-industriel. Certains autres aspects ne seront que brièvement abordés, voire ignorés. Cela ne signifie pas que ces autres aspects ne soient pas importants. Pour des raisons pratiques, nous avons restreint nos propos à des domaines qui ne sont pas bien connus du grand public ou pour lesquels nous présentons du neuf. Par exemple, bien que les mouvements écologistes soient bien implantés, nous avons peu écrit à propos de la dégradation de l'environnement et de la destruction de la biosphère, même si nous considérons cela comme de la plus haute importance.




    La nef des fous, fable de Theodore Kaczynski





    Autogestion et hiérarchie
    par Cornelius Castoriadis

    "Nous vivons dans une société dont l'organisation est hiérarchique. [...] et la hiérarchie du commandement et du pouvoir coïncide de plus en plus avec la hiérarchie des salaires et des revenus. De sorte que les gens n'arrivent presque plus à s'imaginer qu'il pourrait en être autrement, et qu'ils pourraient eux-mêmes être quelques chose de défini autrement que par leur place dans la pyramide hiérarchique.” Voici justement un texte pédagogique qui nous donne des idées pour une autre organisation sociale... l'autogestion !"








    2 commentaires
  •  
     
    "Vous voulez la plus belle discothèque du monde, chacun a ses rêves : il y a des filles qui veulent 153 diamants mais elles ne peuvent pas se les payer et n'en ont aucun" Pascal Nègre le patron d'Universal Music France à propos du Piratage...
     
    Mais tu es qui toi pour parler des rêves supposés des filles ?
     
    N'habille pas les femmes de ton rêve d'homme qui pense pouvoir les acheter avec des diamants. Tes rêves sont obsolètes, ils appartiennent à une génération tronquée. Les songes des femmes sont plus universels et généreux. Ils ne s'arrêtent certainement pas à tes lucioles de pacotille.
    Elles rêvent par exemple que le pirate-mécanicien, le pirate-chômeur, le pirate-cuisinier, le pirate-Alexis et le pirate-pirate échangent gratuitement et en toute liberté leurs choix musicaux puisqu'il s'agit de choix et non pas d'un matraquage radiophonique imposé ou d'une industrie musicale frelatée.
    Après tout, la musique adoucit les mœurs. Cet échange via l'Internet, convivial et défricheur, permet de partager des émois.
     
      Et si par hasard, tous ces pirates réunis avaient du goût ?...
     
    Une couleur différente de la couleur ambiante.
     
    Comme un livre que l'on prête à un ami parce que l'on sait qu'il doit le lire, la musique voyage. Aucune incidence commerciale, puisque quand on a une révélation, on finit toujours par acheter. L'humain est ainsi, il aime collectionner les originaux. Tester en premier lieu, comme les lecteurs qui appréhendent un roman à la bibliothèque municipale avant de se l'offrir. Où est le problème ?...
    L'usager du P2P n'en tire pas de bénéfice pécuniaire seulement un enrichissement de l'esprit. Il s'ouvre au monde, à la mixité, aux racines tumultueuses. Juste le plaisir de télécharger 2000 à 4000 titres pour le bien-être de ses oreilles et pratiquer une sélection qui lui ressemble vraiment.
     
    Au début du siècle, les gens chantaient dans la rue, dans les cafés,... partout.... La transmission des mélodies était joyeuse, festive, gratuite. Maintenant, fredonner sur le macadam est interdit. Une journée formelle par an baptisée « la fête de la musique » est octroyée aux citoyens. Dans quel monde vivons-nous ?
    Puisque les associations de consommateurs, les sociétés civiles d'artistes-interprètes ont appelé à la solidarité avec les internautes mis en cause, qui sont ceux que cette latitude dérange ?
     
    Jusqu'à trois ans de prison et 300.000 Euros d'amende.
    Tu es qui toi ? ...
     

    Tu rêves mal.





    Publié le 19 octobre 2004 par
    franca maï sur e-torpedo




    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique