•  

    Freegan - Déchetarien - Glaneur.

    "Freegan
    Nous mangerons vos débris
    Mais nous n'achèterons pas pas votre merde"
     
     
     
     
    Le terme freegan désigne un mode de vie alternatif dont le but est de limiter sa participation dans le système économique ou la société de consommation actuelle.

    Cela consiste par exemple à récupérer des aliments encore consomm
    ables dans les poubelles des magasins de grande distribution et des restaurants, et plus généralement, à moins consommer en récupérant et réutilisant les déchets quand c'est possible, en abandonnant la voiture (à moins de covoiturage) et en adoptant des modes de transport alternatifs, en se logeant sans propriétaire, se soignant par les plantes, en travaillant moins...

    Ce terme est facilement associé à la récupération des déchets parce qu'il pourrait se traduire en français par Déchétarien. C'est un mot-valise formé à partir des termes anglais free (libre/gratuit) et vegan (végétalien). On parle aussi de « glaneur ».




    Freegan - Déchetarien - Glaneur
    Les Glaneuses, Millet, 1857
    .

    Le glanage est un droit d'usage sur la production agricole, existant notamment en France, sous différentes formes depuis le Moyen Âge. Il subsiste encore au XXIe siècle.
    Après la moisson, le ramassage de la paille et des grains tombés au sol est autorisé. Selon les lieux et les époques, seuls les enfants, les vieillards, les handicapés, les sans-emploi peuvent prendre ce qui reste dans les champs, et ce pendant trois jours et après le lever du soleil. Concédé aux plus pauvres, le glanage est parfois fait par des adultes bien-portants, ce qui est alors considéré comme un vol.
    On distingue le glanage, qui concerne ce qui reste sur le sol, du grappillage qui concerne ce qui reste sur les arbres ou les ceps après la cueillette. On glane donc des pommes de terre, des céréales, on grappille les raisins, les pommes, les fruits en général.
    Le freegan, parfois appelé glanage en français, est une pratique moderne héritière de celle-ci.
    [wikipedia]
     
     
     
     
     
    Pour ma part je "freeganne" depuis un moment, sans savoir que ça s'appelait ainsi, j'appelais ça de la "récup". Resto' divers, boulangeries, et même au boulot ;) Des raisons de glaner? Économiques, écologiques et éthiques [recyclage, éviter le gaspillage et consommation plus importante de nourriture, celle encore consommable des poubelles est dispo!]... La quantité de nourriture et autres, objets, vêtements etc. jetée est effroyable... Mais pas perdue pour tous ceux qui savent récupérer!
     
     
     
     
     
     
    ......Sites......


    Freegan.fr
    Très intéressant autant pour découvrir que pour ceux qui pratiquent régulièrement.

    Marché Poubelle
    Un bon blog qui parle freegan

    Freegan Station
    Forum Organisation interne, organisation externe et organisation paterne du mouvement freegan en France.






    ......Où trouver?......


    Y a pas de magie, il faut fouiner pour trouver un bon plan. Mais des bonnes adresses et des astuces peuvent être utiles.
    On peut demander directement au commerçant en fin de journée s'il a des invendus à donner, la politesse peut servir!



    - Boulangeries : baguettes, pizza/sandwich, on peut souvent obtenir des croissants, pains au chocolat et autres gourmandises qui ne sont plus vendables en fin d'après midi, ils sont juste un peu plus secs que les frais, rien de gênant dans mes expériences perso, etc. en général quelques dizaines de minutes après la fermeture.

    - Primeurs Fruits et Légumes : mis au rebut car non présentables, idem

    - Marchés : attendre la fin, les fruits et légumes non vendables à cause de leur forme ou d'une partie abimée sont parfois jetés sur place

    - Snacks et fast-foods : pizza, kebab, sandwich, mc crado et kick
    Chercher aux heures de repas [certains ne finissent pas, voire n'entament pas, on peut aussi trouver des pizzas un peu trop cuites ou des sandwichs invendus après 14h-15h], aliments emballés restés sur un plateau [sucre, sauces...], hélas pour les frites et burgers [qui ne doivent pas trainer dans le self plus de 10 min, règle d'hygiène imposée par les établissements, d'où l'énorme gâchis], les fast food sont souvent équipé d'une broyeuse.

    - Stations-Essence : produits frais emballés, bière, pâtisseries, boissons, date de péremption atteinte ou lendemain...

    - Restaurants : pain, stocks non écoulés

    - Supermarchés divers : date de péremption, emballage percé ou déformé, fruits et légumes abimés... C'est festival! A condition de trouver le bon créneau horaire [selon les grandes surfaces, très tôt le matin, tard le soir, seulement 2 fois par semaine...] Bref, il faut observer, et croiser les doigts pour que ça n'ai pas été broyé et que les bennes ne soient pas ni derrière un enclos cadenassé, ni gardées à l'intérieur.

    - Petites supérettes, épiceries et magasins bio : idem, mais sur coup de chance car moins de stock.


    AIDE : Symboles qu'on peut retrouver sur les bennes, inscrits par des freegan

    Freegan - Déchetarien - Glaneur
     > Open : Ouvert, facile d'accès
     X Closed/Bad : fermé ou sécurité
     + Good : Bon, bien rempli
     (+) Controversial : Controversé, situation trop  complexe pour être expliquée par symboles, demander sur place
     +> Open & good : Ouvert et bon
     x> Open but bad : ouvert mais mauvais plan
     * Closed bur good : fermé mais intéressant
     Tout est réversible
     Les étoiles sont ajoutées pour exprimer le degré [1= un peu, 3= beaucoup...]
     
     
     
     
     

    ......Récolte......

    - Ne rien laisser trainer hors de la benne en partant [sacs, aliments, déchets même tout petit]
    - On peut légalement récupérer ce que l'on veut dans une benne ou poubelle placée sur la voie publique, MAIS il est interdit de fouler une propriété privée! Donc on évite de passer par dessus des portails, grillages etc.
    - Matériel utile:
    une lampe [frontale c'est plus pratique pour pouvoir fouiller]
    un moyen de transport [voiture, camionnette pour les grosses récoltes, vélo pour des plus petites] et sacs [à dos, plastique éventuellement] / cagettes / cartons
    un endroit adéquat pour préparer et garder la récup: il est très fortement conseillé de s'en occuper aussitôt rentré! De l'eau pour laver des aliments et les ustensiles, un moyen de cuisson, un frigo et/ou d'un congélateur pour la conservation.
     
     
     
     
     
    Quelques récoltes généreuses, images trouvées sur internet:

        Freegan - Déchetarien - GlaneurFreegan - Déchetarien - Glaneur




    ......Quelques recommandations......



    /!\ Comestibilité & Conservation des aliments

    Voici les divers critères de comestibilité des aliments :
    * L'aspect
    * L'odeur
    * Le goût (le critère ultime, il suffit de tester le goût avec sa langue sans rien avaler
    * L'emballage (qui, pour les emballages 'imperméables', ne doit être ni percé ni gonflé)

    Les auteurs de ce site, ni aucune association freegan, ne pourrait être tenu responsable d'une pathologie quelconque engendrée par l'absorption d'aliments périmés ou non.

    NE JOUEZ PAS AVEC LA VIE

    N'oubliez pas que la cuisson tue énormément de bactéries. (la chaleur élimine la quasi-totalité des bactéries pathogènes, ainsi que les bactéries qui détériorent l'aliment).
    Vous pouvez même cuisiner vos aliments juste après la récolte afin de les conserver plus facilement.
    Les meilleurs conservateurs 'naturels' sont :
    * Le froid
    * Le sel
    * Le sucre

    L'immunovolution
    [adapter son corps aux bactéries éventuelles]

    Les aliments freegans ne doivent en aucun cas être assimilés par les organismes dont les défenses immunitaires sont faibles : les bébés, les nourrissons, les femmes enceintes, les enfants en bas-âges, les vieillards, les convalescents, les êtres humains fatigués, ...
    Ainsi qu'aux personnes qui ne sont pas pleinement conscientes de l'origine de ces aliments.

    [source: site freegan.fr]


    Ne rien garder dans des sacs plastiques [qui activent la prolifération des moisissures et bactéries] : plutôt dans des bocaux, des boites hermétiques, un tissu pour le pain, des sacs congélation pour le congel...
    On peut laisser les oignons, les épices, l'huile et les boîtes de conserve à température ambiante. Pour tout ce qui est produits laitiers, plats préparés [et pizzas, sandwichs], aliments carnés [viande, charcuterie etc], impérativement au frais, et à consommer rapidement!!




    Freegan - Déchetarien - Glaneur



    ......Questions / réponses......




    "Perso, je me vois pas trop fouiller dans une poubelle pour de la bouffe. C'est peut être un peu nunuche mais faut passer l'obstacle hygiène et social (éducation quoi)." [Feilane]


    Perso je n'ai pas au ce souci car je ne trouve pas les bennes que je fais vraiment sales. Pour le pain c'est même assez clean [pain mit direct dans des sacs poubelle neufs et fermés, et dans des poubelles réservée à ce seul usage]. Pour les légumes en revanche c'est déjà plus effrayant à cause des moisissures et trucs gluants, dégoulinants... il faut alors un peu de persévérance, et se dire qu'après tout, ce n'est un peu de moisissure de fruits qu'on va aller nettoyer dès que possible.
    Quand c'est emballé dans des sacs, tâter à travers le plastique permet de savoir à l'avance ce qu'il contient en gros [objets,aliments emballées, pain, pâte molle, trucs étrange et puant... ^^]


    "Demander a un supermarché truc du genre, ouai sans trop de blème, mais jamais j'ai tester. Toi? T'as des conseils? (heures, personnes à qui demander,etc)"
    Wep, je faisait pas mal les invendus de boulangerie passé un temps, je demandais aux vendeurs/euses et les seules fois où on me les a refusés, c'est parce qu'ils étaient quand même vendus mais moins cher en fin de journée. Il faut demander à la fermeture du magasin.
    Supermarchés ils sont plus réticents, 2 essais, 2 échecs. Mais à retenter!


     
     
     
     


    COMPLÉMENT
    Hors alimentation, j'oubliais de noter qu'on on trouve des trésors [matériel] dans les décharges publiques !!
    A ce jour, collection personnelle de Feilane : une batterie, 2 armoire, matelas, une armoire à cd, un panier pour chat, un tapis. On trouve des écrans plats, des imprimantes, des tours d'ordi, des i phone, des cafetière (électrique et italienne), des four, des lave linge/vaisselle, des frigo, des cuisinières, des tonnes de fringues, vaisselle et j'en passe... A entièrement meublé son chez-elle avec de la recup
    !



     
     
     
     
    Sur ce, bonne pêche!
     
     
     
     
     
    Freegan - Déchetarien - Glaneur


    1 commentaire
  • LOPPSI 2 : le fourre-tout sécuritaire


    Orwell nous l'a fait cauchemarder, l'UMP l'a fait... Présentation du menu de cette nouvelle loi, indigestion garantie. En discussion à partir du 14 décembre, cette réforme est en passe d'être acceptée dans l'indifférence quasi-générale.

    - A Lyon, pour protester contre cette loi, l'occupation de la place Bellecour a commencé. Rejoignez-les !


    On a beau­coup entendu parler c'est vrai de son fameux arti­cle 32 TER A, direc­te­ment diri­gés contre les Rroms, squat­teurs, ou sim­ple­ment mal-logés de toute sorte.
    Cet arti­cle pré­voit l'expul­sion en 48 h sur déci­sion du préfet de police uni­que­ment (plus besoin de l'accord d'un juge d'ins­truc­tion), une des­truc­tion de l'habi­tat s'il n'est pas mobile, et une pos­si­ble saisie des biens...
    C'est très bien détaillé sur le site du Droit Au Logement, donc je vous épargne la para­phrase.

    Mais bon ça, c'est juste l'arti­cle 32 TER A. LOPPSI 1 et 2 étant plus un fourre-tout de mesu­res sécu­ri­tai­res et liber­ti­ci­des digne d'une dic­ta­ture qu'une simple décla­ra­tion de guerre au Rroms et à l'habi­tat choisi en géné­ral.

    LOPPSI, c'est 2,5 mil­liards d'euros de dépen­ses (voir le budget détaillé) dont 70% dépen­sés en équipements poli­ciers.


    Au menu, on trouve :


    - Lutte contre la cyber-cri­mi­na­lité.

    Et pour ce faire, auto­ri­sa­tion de l'emploi de mou­chards (type « che­vaux de Troie ») par les forces poli­ciè­res dans le cadre d'une enquête. Assorti évidemment de la créa­tion d'un fichier infor­ma­ti­que, Périclès (qui est-ce qui choi­sit ces noms au fait, Edwige, Périclès, je me suis tou­jours demandé...), qui conser­vera des don­nées per­son­nel­les (adresse, compte ban­caire, j'en passe...) sur tout citoyen sur­veillé dans le cadre d'enquê­tes per­mi­ses entre autres par Hadopi. On ne parle donc pas seu­le­ment de pédo­phi­les ici, ma propre mère risque peut-être d'y figu­rer...


    - Elargissement du fichage poli­cier.

    Les ser­vi­ces de police et de gen­dar­me­rie pour­ront désor­mais croi­ser leurs fichiers et y faire des recou­pe­ments. Cela com­prend poten­tiel­le­ment le Fnaeg (les emprein­tes géné­ti­ques), le Fijais (les condam­nés pour crimes sexuels), Périclès, voire même les délits mineurs, étant donné qu'il n'y a pas vrai­ment de pré­ci­sion à ce sujet.
    En fait dans le cadre d'une enquête, on pourra tout sim­ple­ment uti­li­ser les infor­ma­tions de n'importe quel fichier, même s'il n'est pas lié au délit en ques­tion. Le pre­mier pas vers un fichier poli­cier unique, dans lequel coha­bi­te­raient délin­quants sexuels, autant que cam­brio­leurs, dea­lers de shit, ou télé­char­geurs de films...


    - Allongement des peines de cer­tains délits et visio­confé­rence dans les tri­bu­naux.

    Un effet d'annonce suite à un fait divers glau­que concer­nant un cam­brio­lage chez des per­son­nes âgées. La durée de la peine pour ce délit sera portée à 7 ans fermes (si si) si il est effec­tué sans vio­lence, et à 10 ans dans le cas contraire. Il est prévu également un dur­cis­se­ment des peines pour les outra­ges ou vio­len­ces à l'égard des forces de l'ordre.
    Sous pré­texte de désen­gor­ger les tri­bu­naux, il sera mis en place un sys­tème de visio­confé­rence. A savoir le détenu en prison, devi­sant de sa libé­ra­tion sur parole avec le tri­bu­nal, par l'inter­mé­diaire d'une télé. Le Syndicat de la Magistrature s'offus­que, et parle déjà de « télé-jus­tice ». Mais atten­tion, le détenu pourra tou­jours « parler et défen­dre sa cause, la pro­cé­dure reste inchan­gée » (je cite). C'est évident que le sys­tème serait plus effi­cace et expé­di­tif si le détenu était dépourvu de micro, seu­le­ment bon à enten­dre sa sen­tence, mais bon, Rome ne s'est pas faite en un jour...


    - Videosurveillance.

    Rebaptisée pour l'occa­sion « video­pro­tec­tion », un nou­veau terme très Novlangue Orwellienne, elle est un des fers de lance de la réforme, avec le projet de tri­pler le nombre de camé­ras sur le ter­ri­toire pour arri­ver à 60000 envi­ron (mais au fait, qui va bien pou­voir regar­der tout ça ?). Un budget de 20 mil­lions d'euros sera alloué pour per­met­tre au Maires d'équiper leur ville, mais bien entendu les coûts de fonc­tion­ne­ment à long terme, qui sont consi­dé­ra­bles, seront ensuite des pro­blè­mes locaux.
    En clair, alors que l'inef­fi­ca­cité de la video­sur­veillance (pardon... pro­tec­tion) en matière de pré­ven­tion de délit est poin­tée du doigt depuis plu­sieurs années, c'est un énorme coup de pouce qu'on fait là au lobby de la sur­veillance. Imaginez des com­mer­ciaux de célè­bres mar­ques de fabri­cants de camé­ras défer­ler dans toutes les mai­ries de France, qui n'ont pas d'autre choix, quel­que soit l'opi­nion du Maire, que de dépen­ser cet argent. Ces 20 mil­lions sont uni­que­ment un inu­tile cadeau au privé.
    En plus ces came­ras sont toutes visi­bles sur inter­net et la plu­part sont acces­si­ble sans aucun mot de passe. On peut les trou­ver dans Google, c'est expli­qué ici. On trouve de tout, des camé­ras d'exté­rieur, d'hôtels, même de loge­ments privés, et on peut les regar­der en temps réel... C'est censé dis­sua­der les cam­brio­leurs, moi je trouve que ça faci­lite plutôt les repé­ra­ges, mais bon, je dis ça je dis rien.

    - Amélioration des outils poli­ciers.

    Comprendre une débau­che d'équipements moder­nes, sou­vent inu­ti­les, et tou­jours hors de prix digne d'une paro­die de Robocop. Il n'y aura pas d'aug­men­ta­tion d'effec­tif, ce chif­fre ser­vira uni­que­ment à trans­for­mer nos sim­ples poli­ciers en super­flics du futur mécham­ment bien équipés ! Eric Ciotti, rap­por­teur de la Loppsi 2 à l'Assemblée natio­nale, se féli­ci­tait ainsi du fait que « 70% des cré­dits sup­plé­men­tai­res déga­gés grâce à la Loppsi seront uti­li­sés pour finan­cer des dépen­ses de fonc­tion­ne­ment ou d'équipement », soit 1,773 des 2,539 mil­liards d'euros « des­ti­nés à finan­cer spé­ci­fi­que­ment les prio­ri­tés de la Loppsi 2 » (d'après Rue 89).

    Au pro­gramme, il est ainsi ques­tion d'ins­tal­ler des « camé­ras embar­quées » dans les véhi­cu­les (6 mil­lions d'euros), et de les connec­ter au dis­po­si­tif expé­ri­men­tal de Lapi (pour « lec­ture auto­ma­ti­sée des pla­ques d'imma­tri­cu­la­tion »), dont l'uti­li­sa­tion sera « géné­ra­li­sée » (22 mil­lions d'euros), mais également de déployer des « sys­tè­mes por­ta­bles de vidéo­sur­veillance » ainsi que des « dis­po­si­tifs de sur­veillance de nou­velle géné­ra­tion pour les héli­co­ptè­res » (22 mil­lions d'euros), soit un total de 72 mil­lions d'euros.

    On conti­nue avec le « procès verbal électronique », la « pré­plainte en ligne », les « bornes de visio­pho­nie » à l'entrée des bri­ga­des de gen­dar­me­rie (8 mil­lions d'euros), les « lec­teurs bio­mé­tri­ques mul­ti­fonc­tions pour contrô­ler les nou­veaux titres sécu­ri­sés électroniques » (j'avoue ne pas avoir pu trou­ver ce que ça vou­lait dire), et la « carte pro­fes­sion­nelle à puce mul­ti­fonc­tions » pour les poli­ciers (9 mil­lions d'euros)...

    On enchaîne avec l'ins­tal­la­tion de ter­mi­naux infor­ma­ti­ques embar­qués « afin de per­met­tre la consul­ta­tion des fichiers à dis­tance » dans 6500 véhi­cu­les et 500 moto­cy­clet­tes de la gen­dar­me­rie (32 mil­lions d'euros), et l'inter­connexion (pour 17 mil­lions d'euros) du sys­tème d'infor­ma­tion de la jus­tice et du fichier Ariane (sys­tème d'appli­ca­tion de rap­pro­che­ment, d'iden­ti­fi­ca­tion et d'ana­lyse pour les enquê­teurs), créé pour fusionné les très cri­ti­qués fichiers Stic de la police (28 mil­lions de vic­ti­mes, 5,5 mil­lions de « sus­pects ») et Judex de la gen­dar­me­rie (2,15 mil­lions de « sus­pects »).

    On ne s'arrête pas en si bon chemin, il en faut pour la police scien­ti­fi­que aussi. On leur com­mande donc des « kits sali­vai­res » de dépis­tage des stu­pé­fiants, des « éthylotests électroniques », des sys­tè­mes Imsi cat­cher (faus­ses bornes GSM qui per­met­tent d'écouter et de loca­li­ser en temps réel les télé­pho­nes por­ta­bles), des « loupes rétro-éclairantes », et des « micro­sco­pes sté­réo­sco­pi­ques ». Bon bien sûr c'est pas gra­tuit tout ça (110 mil­lions d'euros).

    On n'a pas oublié les défen­seurs de l'ordre public, il pour­ront désor­mais jouer avec leurs nou­vel­les « armes légè­res de défense » (6 mil­lions d'euros), leurs lan­ceurs de 40 mm et leurs pis­to­lets à impul­sion électrique (2 mil­lions d'euros), et leurs « lan­ceurs d'eau » (3 mil­lions d'euros), leurs ciné­mo­mè­tres Laser de nou­velle géné­ra­tion « per­met­tant d'effec­tuer des mesu­res de vitesse sous de mau­vai­ses condi­tions météo­ro­lo­gi­ques » (5 mil­lions d'euros), leurs lunet­tes de pro­tec­tion, gilets tac­ti­ques et pare-balles (24 mil­lions d'euros), et leurs jumel­les de vision noc­turne « pour opti­mi­ser les moyens aériens » (1 mil­lion d'euros)...

    Et on finit avec la sécu­rité civile, avec 131 mil­lions d'euros, afin de contri­buer au déve­lop­pe­ment des capa­ci­tés de réponse à la menace nucléaire, radio­lo­gi­que, bio­lo­gi­que et chi­mi­que (NRBC), du sys­tème de pré­vi­sion des tsu­na­mis et de l'acqui­si­tion d'héli­co­ptè­res outre-mer.

    Tous les chif­fres sont tirés de Rue 89


    Bref, vous avez com­pris, c'est Noël !

    Les défen­seurs de la réforme par­lent de « saut tech­no­lo­gi­que »... On ne peut qu'être d'accord.


    - Changement de statut du préfet et des poli­ces muni­ci­pa­les.

    Les poli­ciers muni­ci­paux seront désor­mais auto­ri­sés, « dans cer­tai­nes cir­cons­tan­ces » selon le Monde (pour­quoi pas la Fête de la musi­que ou le Nouvel An), à pro­cé­der à des fouilles, des contrô­les d'iden­tité et des dépis­ta­ges d'alcoo­lé­mie. Évidemment, cela repré­sente plus de pou­voir et de res­pon­sa­bi­lité, sans qu'aucune for­ma­tion ne soit prévue pour accom­pa­gner cette déci­sion.

    Le préfet de police aura également plus de pou­voir car il pourra pren­dre cer­tai­nes déci­sions (expul­sions suite à l'arti­cle 32, ins­tau­ra­tion d'un couvre-feu...) sans deman­der l'accord d'un juge d'ins­truc­tion, jusque-là seul (et faible) rem­part face aux déri­ves du pou­voir poli­cier...

    Cette « auto­no­mi­sa­tion » de la police par rap­port au pou­voir judi­ciaire est peut-être le point le plus dan­ge­reux à long terme de cette réforme, car il remet en cause le statut du juge, jusque-là seul à même d'auto­ri­ser une expul­sion, une per­qui­si­tion, ou une écoute télé­pho­ni­que.
    On est en ter­rain glis­sant, et il n'y a qu'un pas à fran­chir pour évincer défi­ni­ti­ve­ment les juges des pro­cé­du­res d'enquê­tes, et lais­ser le pou­voir poli­cier opérer sans aucune entrave... C'est réel­le­ment une volonté de lais­ser, à terme, l'ensem­ble préfet/pro­cu­reur/poli­ciers seul déci­deur des moyens à mettre en oeuvre dans une enquête, sans compte à rendre à per­sonne...


    La défi­ni­tion même de l'État poli­cier.



    Voilà donc le pro­gramme et j'en passe bien sûr tant la liste est longue et obs­cure à la fois...


    Conclusion ? Un fourre-tout tota­li­taire de 2,5 mil­liards d'euros (plus le coût à long terme de la video­sur­veillance qui peut dif­fi­ci­le­ment être cal­culé) qui passe comme une lettre à la poste après la fati­gante mobi­li­sa­tion sur la réforme des retrai­tes (qui soit dit en pas­sant n'économisera pas assez d'argent pour finan­cer le « caprice LOPPSI ») et qui est peut-être la réforme la plus dan­ge­reuse et la plus liber­ti­cide qui soit passée sous le gou­ver­ne­ment Sarkozy.




    Parce-que tout le pro­blème est là.
    Même de la part de ce gou­ver­ne­ment... C'est exces­sif.



    ...


    9 commentaires
  • .

    « Le racisme est la valorisation, généralisée et définitive, de différences, réelle ou imaginaires, au profit de l'accusateur et au détriment de sa victime, afin de justifier une agression ou un privilège. »  (Albert Memmi, Le racisme, Gallimard, 1982) »

    Donc en résumé :

    1. on construit et on accentue des différences
    2. on met ces différences en avant en hiérarchisant
    3. on généralise ces différences à la « tous les….sont… »
    4. sur base de ces prémisses, on légitime des agressions ou des privilèges


    [source : site belge destiné aux jeunes]

    On est d'accord, le racisme est infondé, égocentrique et dangereux.


    La plupart d'entre vous consomment la chair des animaux, s'habillent de LEURS poils et peau, rient de les voir forcés à des spectacles au cirque ou dans une arène de corrida, les achètent... Ils ont donc moins de valeurs qu'un être humain, puisque si usiez des mêmes pratiques sur un homme, une femme, un enfant, quelle que soit sa couleur sa taille et ses croyances, vous seriez condamnables. Notre société est non seulement raciste envers les animaux [spéciste], mais aussi hypocrite.



    A bon entendeur...

    .


    28 commentaires
  •  

    30 Octobre 2010

    La Sociéte Elle A Mauvaise Haleine (@pUnK)

    An0nymA (Rock Urbain Libertaire)

    Block H95 (Electr0PuNkCorE)

    Total Recup (PuNk P0UbeLLe)

    Kasses Bouteilles (P' 1' nK)

    Salle De St Pierre Eynac Proche Le Puy En Velay [43]
    Stand - Distro - 20h / 03h
    Paf: 5 Euros

    Asso Désordre Rural


    SeAD y sera! Ouiiiiii mon petit Mathieu ouiiiiiii


    2 commentaires
  • .


    De "heretik"  Sujet:  camisole chimique

    Pour se sevrer et se soigner aussi bien du lavage de cerveau de l école publique que des substances chimiques plusieurs solutions : faire attention au faux amis ; se méfier de ce que l on dit et surtout a qui de sa vision du monde ; meditation ; vie instinctive ; pratique d' art martiaux ; voyage/nomadisme/ recherche de zones autonomes temporaires ( Hakim bey) ; soins shamniques donc confiance aux médecine de l âme même pour la schizophrénie ( ayahuasca, iboga, psylocibes) ; comprendre que la psychiatrisation parle de ces plantes en terme de toxiques car ils induisent une connaissance profonde de soi dangeureux pour les fondements même de la psychiatrie ( si les malades deviennent leur propre guerrisseur fin du monopole) ; se diriger vers toute medecine ou votre cœur vous porte même si celle ci est considérée sectarisante et dangeureuse par les masses ; savoir que le cerveau peut se guérir de tout, c'est la conscience qui soigne et modèle sa chimie ; savoir que les gens qui dérangent le plus sont toujours les plus conscients, ils éveillent les endormis ; en conclusion le dormeur doit se réveiller ( Franck Herbert )



    Un avis?

    .


    8 commentaires